Développement durable

Quelle tendance packaging écologique pour les prochaines années ?

Tendance packaging

Unilever, Procter&Gamble, Henkel, L’Oréal… Tous ces géants de la cosmétique ont annoncé en 2018 d’ambitieux plans de réduction des déchets plastiques. Communication ou réelle tendance packaging ? Quelles sont les grandes voies d’éco-conception des emballages des produits de grande consommation ?

Tendance packaging

 

Tendance packaging n°1 : la réduction des emballages

Bien évidemment, le packaging n’échappe pas à la tendance de la réduction des déchets, voir du zéro déchet. Il en est même la principale cible. Mais à l’heure actuelle une grande majorité des produits ne peut pas être vendue sans emballage. La réduction des emballages est donc de rigueur. Dites adieu aux suremballages (surtout en plastique), et bonjour aux emballages plus légers, plus fins, ou aux flacons de grande contenance ! Cette tendance packaging est la plus simple à mettre en œuvre : la quantité globale de plastique diminue, sans avoir à modifier foncièrement le produit. Simple et efficace, autant commencer par là !

Tendance packaging n°2 : la réutilisation

Certains emballages sont conçus pour être réutilisés tels quels, à l’instar de certains flacons de parfum. Cette démarche est de mon point de vue la plus efficace, mais malheureusement réservée à certaines catégories de produits, et à des filières plutôt sélectives. Ainsi les emballages plastiques ne sont que peu concernés par cette tendance packaging, et vont plutôt être concernés par les deux suivantes.

Tendance packaging n°3 : le recyclage

Les filières de recyclage existent pour certains emballages : verre, carton, aluminium, flacons en PET… Ces filières sont efficaces, mais le taux de recyclage est encore à améliorer. Et surtout tous les emballages ne sont pas recyclables. Ou pas encore. De nouvelles filières devront être mises en place pour permettre une accélération du recyclage. Des initiatives fleurissent dans le monde : en Italie une filière de recyclage des couches culotte et des protections hygiéniques a été mise en place suite à une joint-venture entre Procter&Gamble et Fater. Finalement une fois la technologie de recyclage mise en place, le plus challengeant est d’arriver à mettre en place la filière de récupération des déchets. Et c’est le défi qui attend les industriels dans les cinq prochaines années : promouvoir les filières de recyclage.

Tendance packaging n°4 : les nouveaux matériaux

Matériaux recyclés, biosourcés, biodégradables, oxodégradables, compostables, il y a le choix, et de quoi s’y perdre. Cet article détaille la signification de chaque terme. Ce qu’il faut retenir, c’est que les industriels proposent enfin des solutions alternatives. Elles commencent à apparaitre sur le marché de l’alimentaire. Mais la cosmétique n’est pas en reste, flacons en tête. Les engagements des grands groupes précédemment cités sont pour l’instant à l’horizon 2025/2030, avec des stratégies variées (recyclable, réutilisable ou compostable pour Henkel, 100% recyclable pour Unilever….).

Un excellent exemple d’éco-conception est le gel douche concentré d’Yves Rocher : son flacon de 100ml est en plastique recyclé, et la formule concentrée permet de réduire de moitié la consommation de plastique et de gaz à effet de serre par rapport au flacon de 400 ml. Il a d’ailleurs remporté le prix d’Excellence de la Beauté Marie Claire 2018, ainsi que le prix Retail & Développement Durable 2017.

A quand la généralisation de ces initiatives aux emballages souples ?

Sur le même thème

La viscose est-elle le Graal des lingettes écologiques ?

Mélanie Louarn-Dupont

Les coulisses de la biodégradabilité

Mélanie Louarn-Dupont

Laisser un commentaire